Accompagnement au piano : comment pimenter son style ?

Accompagnement au piano : comment pimenter son style ?

S’entraîner en solo au piano, c’est bien. Mais jouer avec d’autres : quoi de plus agréable ? Encore faut-il savoir comment agrémenter son style. Comment pimenter la musique lors d’un accompagnement au piano ? En prenant la mesure de 4 ingrédients parfaits, un boulevard de solutions s’ouvre devant ton instrument pour t’amuser, et éviter les accompagnements sans saveur.

Accompagner au piano : trouver la bonne recette

Accompagner au piano : qu’est-ce que cela veut dire ? En fait, c’est l’idée de mettre ta musique au service de la bonne cause : celle de la mélodie d’une chanson, ou d’un morceau que tu as composé.

Il y a une subtilité dans le principe de l’accompagnement : ton jeu est relégué au second plan, tout en étant indispensable à l’harmonie musicale. Et la frontière entre ces deux limites est ténue ! 

Il faut donc trouver la bonne recette pour passer un bon moment. Si tu t’effaces derrière ton clavier, tu ne seras pas satisfait du résultat : tu te sentiras inutile. Et si tu arroses trop l’ensemble de touches personnelles en permanence : cela n’ira pas non plus.

Donc, réussir un accompagnement au piano revient à trouver le bon dosage entre :

  • La construction de la gamme ;
  • La rythmique du morceau choisi ;
  • L’arrangement personnalisé ;
  • L’écoute de l’ensemble et l’adaptation en musique.

En réalité, tu n’as pas besoin d’une parfaite connaissance du solfège pour réaliser un accompagnement de qualité. Cela demande surtout de maîtriser des repères et de bien les mélanger pour que la mayonnaise prenne (on est très culinaire à Impro Musique, aujourd’hui 😄 ).

Pour te lancer, on te conseille de partir sur une chanson assez accessible, qui remplit les conditions suivantes :

  • Un morceau au tempo assez lent ;
  • Une suite d’accords simples ;
  • Une chanson que tu apprécies (ce sera d’autant plus motivant).

1 – Construire les accords de la gamme

construire les accords de la gamme d'accompagnement

Ton ingrédient de base : la construction de la gamme du morceau choisi. Il s’agit pour toi de trouver tes repères dans le jeu, en construisant les accords dont tu as besoin. Prends conscience de l’accord à jouer :

  • Majeur ;
  • Mineur ;
  • De 7e ;
  • De 9e.
⇒ BON À SAVOIR : il est possible de trouver des grilles d’accords de piano spécifiques à l’accompagnement. Auquel cas il faut compléter la ligne mélodique du morceau en chantant ou en la jouant à l’oreille.

Exemple simple d’accords pour accompagner au piano

On te rappelle ici les principes pour construire tes accords. On va prendre pour exemple les accords de la gamme de Do majeur. En partant de cette première note, il est possible d’étendre la gamme à 7 accords différents :

Do majeur, Ré mineur, Mi mineur, Fa majeur, Sol majeur, La mineur, Si diminué.

C’est le moment idéal pour utiliser la notation internationale si ce n’est pour encore le cas. C’est le système qui te permet de trouver facilement les accompagnements, sans passer par la case « déchiffrage ». Voici le tableau des correspondances entre notes et lettres :

NoteLettre
DoC
D
MiE
FaF
SolG
LaA
SiB

La notation internationale débute sur le « La » : une logique pour la référence en musique. Dans notre exemple, il te faut ajouter le « m » ou « min » derrière les notes mineures que sont ici : Ré, Mi, La. Le Si est un cas particulier puisqu’il est diminué, c’est-à-dire qu’il est constitué de deux tierces mineures et que sa quinte est donc diminuée.

Ensuite, procède selon le schéma suivant (exemple avec l’accord de Do Majeur) : 

  1. Positionne-toi sur la note fondamentale (ici, le Do) ;
  2. Compte à partir du Do, jusqu’à 4 vers la droite, pour jouer la 2ème note (ici, le Mi) ;
  3. À partir de la 2e note, compte jusqu’à 3 et joue le 3ème note (ici, le Sol).

Voilà : tu as ton accord de C. Rien de plus simple : le décompte s’opère, touches noires et blanches confondues. Le principal est d’aller dans l’ordre.

➥ Intègre dès aujourd’hui le système de notation internationale, en téléchargeant la vidéo pour apprendre comment se détacher des partitions. C’est totalement gratuit !

En suivant cette logique, tu pourras construire les accords de ton morceau, à feu doux. Pour pimenter le tout, évite l’enchaînement plaqué des accords. Mise sur un voicing plus sympa en doublant ponctuellement certains accords.

2 – Trouver le rythme d’accompagnement piano

épicer son accompagnement au piano

Le rythme est d’une importance capitale pour accompagner au piano. Tout est possible pour apporter ton grain de sel, et former un ensemble qui sort de l’ordinaire. De façon basique, tu peux reprendre la rythmique connue du morceau.

Mais avec une belle variation du rythme peut emmener la chanson ailleurs, et ça, c’est très intéressant. Pour commencer, il faut travailler à l’oreille, écouter la chanson pour bien ressentir les appuis harmoniques. N’hésite pas à décompter chaque mesure dans ta tête pour te repérer, et percevoir les moments où les variations peuvent se jouer.

Si tu ne souhaites pas changer le style du morceau, tu peux faire swinguer des notes habituellement faibles. Pour cela, une bonne astuce consiste à jouer de façon syncopée. Une syncope est une note d’attaque sur un temps faible, se prolongeant sur le temps suivant (habituellement fort). La contre-syncope correspond au phénomène inverse. Ces deux types de variation apportent beaucoup de relief à un accompagnement, sans en faire trop.

3 – Tenir compte du chant en accompagnant au piano

tenir compte du chant en accompagnant au piano

Pour rappel, l’accompagnement instrumental est au service de l’acteur principal de la chanson : la voix. Comment accompagner un chant au piano ?

La première expérience que tu peux rencontrer consiste à t’accompagner toi-même. Il n’est pas toujours aisé de chanter tout en jouant au piano, mais avec un peu d’expérience, on parvient à des résultats satisfaisants.

Tu n’as pas besoin d’une grande voix pour cela. Mais tu es musicien, donc il est fort probable que ton chant soit en place, par rapport au rythme et à la mélodie de la chanson.

À LIRE AUSSI : comment jouer en rythme à tous les coups ?

Dissocier jeu et chant au piano

L’étau se resserre lorsqu’il faut combiner jeu et chant. On passe tous par cette étape périlleuse. Il n’y a pas de miracle à ce sujet : c’est avec l’entraînement que la dissociation se construit. Commence avec une chanson que tu connais vraiment par cœur, pour te faciliter la tâche.

Ensuite, chante de façon partielle. Quoi ?? On t’explique : quand tu démarres ton morceau au piano, commence par chanter tout ce qui est facile pour toi. Généralement, on est plus à l’aise sur les accroches, c’est-à-dire les débuts de couplet ou les refrains. Ces temps forts de la chanson tombent généralement sur des notes fortes au piano.

En prenant confiance sur ces parties, tu pourras par la suite chanter les parties plus périlleuses, lorsque la voix et les doigts sur le clavier ne seront pas synchronisés. Tu vas probablement rire au début, mais cela viendra ! 

Qu’en est-il de l’accompagnement d’une autre voix ? Accompagner un chanteur au piano est très satisfaisant. Le piano est connu pour être un excellent instrument d’accompagnement. 

As-tu besoin d’apprendre à dissocier chant et jeu pour accompagner au piano ? La réponse est oui. Même si tu ne chantes pas, tu as besoin de séparer les deux registres pour mieux les harmoniser. Cela signifie que tu dois t’imprégner au maximum du chant. 

Par ailleurs, tu représentes la base sur laquelle le chant s’appuie. La finalité de l’affaire consiste à se détacher suffisamment de la partie technique pour ressentir ce qu’apporte le chanteur, t’en imprégner, et le partager via ton accompagnement. 

Une variation d’intensité, un moment particulièrement chaloupé, une improvisation bien sentie, et ce sont deux musiciens qui se rencontrent !

4 – Agrémenter et improviser au piano

agrémenter et improviser au piano

Maintenant : place aux ingrédients de ton choix pour agrémenter ton accompagnement au piano ! Plusieurs condiments s’offrent à toi. Tu peux ajouter des notes en fonction de la gamme du morceau. Cela donne un rendu très personnalisé. Tu peux également faire jouer les montagnes russes à ton morceau en insistant sur les notes de passage, donnant ainsi un résultat bien rythmé. 

Et si tu assaisonnais le tout à l’aide d’une belle improvisation ? Eh oui, tu nous vois venir : les touches d’improvisation vont non seulement dynamiser un morceau, mais elles apportent également des éléments de dialogue entre le chanteur et le pianiste ( enfin : entre toi et toi, si tu joues en solo 😁 ).

Comment improviser au piano, sans prendre le pas sur le chant ? De nombreuses astuces sont là pour te faciliter la vie. Pour commencer, tu peux jouer le couplet suivant de la chanson en montant d’une octave : simple et efficace.

Tu peux également apporter des touches d’improvisation en jouant quelques petites notes entre les accords, avec les touches blanches. Enfin, certaines gammes, telles que la pentatonique, se révèlent de précieuses alliées pour improviser en toute simplicité.

Ce qu’il faut retenir

Accompagner au piano est un réel plaisir, que l’on soit seul, ou que l’on donne le change à un chanteur. Il est temps d’essayer en suivant ces différents conseils : 

  1. Construire les accords de la gamme d’accompagnement ;
  2. Trouver le rythme d’accompagnement au piano ;
  3. Tenir compte du chant pour accompagner au piano ;
  4. Agrémenter et improviser au piano.

Une bien belle recette à essayer dès à présent. Ces différents ingrédients sont valables dans n’importe quel style. Il est également possible d’utiliser cette formule pour accompagner tes propres compositions, bien entendu.

Et parce que cela pourra te servir pour tes accompagnements, découvre 3 secrets pour enchaîner facilement les accords au piano. Tu vois, le plaisir du clavier est accessible à tous !

À très bientôt,

L’équipe Impro Musique

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :